À la mémoire de Jacques Duboux

C’est avec une solennité empreinte de tristesse que Badminton Lausanne Association publie ce texte de Paul Juillerat.

Hommage à Jacques Duboux, sportif émérite, bienfaiteur du badminton lausannois

Il y a peu, j’apprenais avec tristesse le décès de Jacques Duboux, ancien footballeur et membre du Lausanne-Sport, père de sportifs d’élite connus dans notre région en athlétisme et en badminton dans les années 80.

Son départ discret, presque dans l’anonymat, m’a interpelé au point que je me suis dit qu’il fallait écrire quelque chose à sa mémoire, même s’il ne l’eût pas forcément souhaité. Au risque de paraître ringard ou de vouloir brasser le passé, j’ai pensé que cette aventure de la création du centre de badminton de Malley méritait d’être largement connue, tenant compte aussi de l’important développement de ce sport depuis ces 40 dernières années.

C’est, précisément dans la fin des années 70 qu’un ancien joueur de badminton et de tennis, Robert Baldin, par ailleurs fondateur de la Fédération Suisse de Badminton en 1952, transmet à Jacques Duboux son rêve de construire un centre de badminton à Lausanne. A cette période, je m’étais retiré de la compétition de badminton tout en devenant président du Badminton Club Lausanne, puis de l’Union Lausannoise de Badminton, association groupant tous les clubs de badminton de Lausanne, avec la volonté de créer notre centre de badminton lausannois.

Tout naturellement, Robert Baldin m’a fait connaître Jacques Duboux et notre collaboration a permis la construction du Centre de Badminton de Malley offrant 16 courts avec des conditions de pratique idéale et adaptée à notre sport.

Jacques a été le moteur du développement de notre projet et, durant près de cinq ans nous avons tenu un rythme hebdomadaire de séances de travail pour mener à bien ce rêve. Grâce à nos amis professionnels, au soutien de la Ville de Lausanne, aussi de la commune de Prilly et du Sport Toto, aux parts sociales souscrites par les 250 joueurs et membres, additionnées à celles des entreprises, au terrain offert à l’ULB par 2 personnes privées, autrement dit autant de fonds propres qui ont permis l’élaboration d’un plan financier. Ce fut une période très riche en enseignement pour moi, tant les échanges ont été fructueux. Si mon ami Jacques a été le meneur de toute la partie financière et des démarches, j’ai eu l’opportunité de réaliser une salle modèle et aussi de rédiger les premières normes en matière de construction de salle de badminton avec la collaboration de l’Ecole Fédérale de Sports de Macolin. Depuis, d’autres constructions de salles de badminton ont été réalisées en Suisse.

Depuis l’ouverture de notre Centre en 1982, des milliers de joueurs, d’écoliers, de joueurs amateurs, de compétiteurs, occupent quotidiennement nos courts, contribuant ainsi à l’épanouissement sain de toute une jeunesse et de tout un chacun.

Mais Jacques n’en est pas resté là ! sous son impulsion et son enthousiasme, mais surtout avec l’appui du président de notre Fédération Mondiale de Badminton, Graig Reedie, Jacques apporte une contribution déterminante dans les rapports avec le président du CIO, J.A. Samaranch, pour que le badminton devienne « sport olympique », ce qui fut accepté en 1985 avec la première participation effective aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

Membre aussi du Panathlon Club de Lausanne, il continuera d’insuffler son dynamisme en participant toujours de manière très active à diverses commissions et cela pratiquement jusqu’à son départ pour un monde empreint de Fair Play.

Je me devais de résumer brièvement en guise de reconnaissance, tout ce que Jacques a apporté pour la promotion du sport dans notre région et lui rendre ainsi un vibrant hommage. Je rappelle sa générosité, son goût de l’effort, sa force de caractère et toujours son humour légendaire et caustique. Un grand coup de chapeau !

Adieu l’ami Jacques !

Paul Juillerat, joueur de badminton,

Pully, le 3 septembre 2019